Selon le MELS, la violence se définit comme ceci :

« Toute manifestation de force – forme verbale, écrite, physique, psychologique ou sexuelle – exercée intentionnellement, directement ou indirectement, par un individu ou un groupe, et ayant comme effet de léser, de blesser ou d’opprimer toute personne en s’attaquant à son intégrité, à son bien-être psychologique ou physique, à ses droits ou à ses biens. »

Qu’est-ce que l’intimidation ?

C’est un comportement agressif, répétitif avec une intention négative, ou il y a un déséquilibre entre les forces. Critères pouvant déterminer s’il s’agit d’une forme d’intimidation :

  • Inégalité des pouvoirs ;
  • Intention de faire du tort ;
  • Sentiments de détresse de la part de celui ou celle qui subit l’intimidation ;
  • Répétition des gestes d’intimidation sur une certaine période (harcèlement) ;

L’intimidation est une forme d’agression causant du malaise, de la peur et de l’humiliation à la personne qui la subit. L’intimidateur tente toujours de démontrer qu’il est plus dominant (physiquement, mentalement ou émotionnellement) que sa victime.

L’intimidation directe :

L’intimidation directe est un acte ouvert, c’est-à-dire un comportement visible s’adressant à une personne dans le but de démontrer sa supériorité : insulter, menacer (verbalement ou physiquement), frapper, pousser, se moquer, taxer, humilier, extorsion (taxage), etc.

L’intimidation indirecte :

L’intimidation indirecte se résume par des comportements cachés ciblant une personne. Cette forme est donc plus difficilement décelable, puisqu’elle est moins explicite que l’intimidation directe.  Voici des exemples : rejeter, mépriser, ignorer, « bitcher », mettre dans l’embarras, inventer des histoires, partir ou colporter des rumeurs, convaincre les autres de ne plus parler à une personne, etc.

La cyberintimidation :

Il s’agit d’un type d’intimidation qui prend forme dans l’univers virtuel et qui présente certaines spécificités liées au média utilisé :

  • l’intimidateur peut rester anonyme;
  • l’intimidateur peut prétendre être quelqu’un d’autre;
  • l’intimidation peut se produire n’importe où et n’importe quand;
  • l’intimidation peut prendre plusieurs formes à l’intérieur du cyberespace;
  • la capacité de propagation des mots et des images est instantanée et illimitée;
  • étant devant un écran, l’intimidateur a encore moins de retenue dans ses propos que s’il était face à sa victime.

Questions à te poser avant d’écrire des méchancetés sur l’Internet :

  • Est-ce que je suis une personne méchante ?
  • Sinon, pourquoi ai-je envie de faire ça ?
  • Si mes parents lisaient ce que j’écris, seraient-ils contents de moi ?
  • Si les parents de ma victime lisent ce que j’écris, que pourraient-ils faire ?
  • Est-ce la meilleure façon pour moi de gérer mes frustrations ?
  • Qu’est-ce que ça va m’apporter de détruire la réputation de cette personne ?
  • Qu’est-ce que je ferais si on me faisait ça ?
  • Est-ce que je vais regretter mon impulsivité ?
  • Est-ce que je pense ce que c’est juste une « joke » ?
  • Qu’est-ce que cette personne-là va faire si je détruis sa réputation ?
  • Est-ce que je vais être capable de vivre avec les conséquences ?
  • Est-ce que ça va détruire ma propre réputation ?

Ce que les élèves peuvent faire face à la cyber intimidation :

Protéger ses renseignements personnels et ne pas donner son numéro de téléphone cellulaire et son adresse de messagerie instantanée ou de courriel à des personnes qu’on ne connaît pas.

  • Prendre les mesures suivantes en cas d’intimidation en ligne :
    • Prévenir un adulte en qui l’on a confiance : ses parents, un(e) enseignant(e), un parent, son titulaire, l’intervenant en relation d’aide, la direction de l’école, un frère ou une sœur plus âgés, un grand-parent.
    • Quitter immédiatement l’environnement ou l’activité en ligne où a lieu l’intimidation (bavardoirs, babillards, jeux, messagerie instantanée, etc.).
    • Bloquer les messages de courriel ou de messagerie instantanée d’une personne qui vous harcèle constamment. Ne jamais y répondre.
    • Enregistrer et imprimer tout message de harcèlement et le faire parvenir à son fournisseur de services Internet. La plupart des fournisseurs de services ont une politique de sanctions appropriées à l’égard des utilisateurs qui se livrent au harcèlement sur leur serveur. Et leurs jeunes clients y sont soumis autant que les autres!
    • Alerter la police si l’intimidation inclut des menaces physiques.
  • Réagir quand des camarades se livrent à la cyber intimidation et protester chaque fois qu’on est témoin d’une attitude en ligne agressive envers les autres. La plupart des jeunes sont plus sensibles à la critique quand elle vient de leurs camarades plutôt que de leurs parents.

Position du Collège de Champigny à l’égard de la violence et de l’intimidation

  • Tout incident relié à la violence et à l’intimidation doit être signalé au personnel;
  • Des moyens confidentiels sont mis à la disposition de tous pour dénoncer tout incident relié à la violence et à l’intimidation;
  • Aussitôt signalés, les menaces et le comportement d’intimidation seront évalués et des mesures de protection seront mises en place;
  • Les incidents seront consignés par le personnel à moins d’être mineurs et réglés;
  • Un soutien sera fourni aux élèves qui sont victimes;
  • Un soutien sera fourni aux agresseurs.  Ces derniers devront réparer le tort causé et d’autres conséquences, dans une perspective éducative, seront imposées selon la sévérité et la fréquence du geste ou des gestes posés ;
  • Dans les cas graves, les parents seront informés et des mesures disciplinaires appropriées seront entreprises.  Une fiche, une suspension ou l’exclusion seront considérées en lien avec le Code de vie de l’école.  S’il est nécessaire et approprié, la police sera contactée;
  • La direction se réserve le droit d’intervenir et d’appliquer le Code de vie auprès de tout élève étant identifié comme auteur de cyber intimidation.

Moyens confidentiels pour dénoncer une situation

En priorité, la direction du Collège recommande aux élèves et aux parents d’informer le titulaire de l’élève qui est le premier intervenant dans l’accompagnement des élèves.  Cette communication avec le titulaire peut s’établir à l’aide d’un rendez-vous entre l’élève et son titulaire, d’un appel téléphonique des parents ou d’un courriel envoyé par l’élève ou ses parents via le pluriportail.

Si l’intimidation se produit surtout en classe dans une matière bien précise, l’élève et ses parents sont invités à entrer en contact directement avec l’enseignant(e) concerné(e) afin d’établir des moyens concrets visant à mettre un terme à la situation.

Il est possible également de formuler une plainte auprès de l’intervenant en relation d’aide ou de la direction des services aux élèves.  Cette plainte peut être formulée verbalement, par courriel ou en remplissant le formulaire de dénonciation prévu à cet effet.  Cela permet d’assurer un suivi précis et d’appliquer des mesures disciplinaires proportionnelles au préjudice vécu par la victime.

Voici quelques documents pertinents;

Guide pour parents

Guide pour élèves

PLAN de lutte 2018-2019